L'histoire de la vanille : Les aztèques et la fleur noire

La vanille prend naissance aux fins fonds de l’Amérique latine dans des chroniques Aztèques datant du XVe siècle, mais son utilisation pourrait remonter à de nombreuses années. Associée à la fève du cacao, cette gourmande épice a traversé l’Océan Atlantique, de l’Amérique du Sud pour s’implanter en Afrique auprès d’une terre adaptée à sa mise en culture. 

Le chocolat était consommé par les Aztèques sous forme de boisson à base de poudre de cacao appelée « xocoatl » qui signifie « eau amère » en nuahatl. Cette boisson était agrémentée de piment afin de la rendre aphrodisiaque. Selon le conquistador Bernal Diaz del Castillo (1492/1496-1584) L’Empereur Moctezuma II (1466-1520) buvait près de 50 verres par jour dans l’intention… d’être stimulé ! Les Aztèques, mais également les Mayas, utilisaient la vanille pour l’insérer dans leur boisson épaisse à base de cacao. Cette boisson à base de cacao et de vanille était destinée aux nobles ainsi qu’aux guerriers.

Au coeur de la forêt équatoriale, les peuples amérindiens découvraient des orchidées sauvages qui possédaient des gousses de vanille. Ces gousses, une fois tombées sur la terre ferme, fermentaient au contact de l’humus et diffusaient un arôme des plus divins et des plus exquis. 

Les Aztèques, qui n'avaient pas les terres adaptées à la croissance des vanilliers, se fournissaient en vanille auprès des Totonaques qui vivaient sur les côtes montagneuses à l'Est du Mexique où les gousses avaient un climat idéal pour croître. Les Totonaques étaient les principaux producteurs mondiaux de vanille jusqu’au milieu du XIXe siècle.

En langue aztèque, la vanille s'appelait "tlitxot chitl", ce qui signifie "fleur noire".

La vanille est ramenée en Europe par les conquistadores espagnols et connaîtra un grand succès, en particulier à la cour du roi de France Louis XIV qui va, le premier, essayer de développer sa culture sur l’Ile Bourbon, l’actuel Réunion, mais le Mexique va conserver le monopole de sa production jusqu’au milieu du 19e siècle car la fécondation du fruit est liée à des abeilles indigènes, appelées abeille Melipona, qui sont présentes uniquement au Mexique.

La première source écrite avec illustration connue au sujet de la vanille se trouve dans le Codex de Florence, aussi appelé Codex Badianus écrit par les médecins aztèques, Martinus de la Cruz et Juannes Badianno en 1552. Cet ouvrage constitue la première référence concernant cette orchidée sauvage du Nouveau Monde ainsi que le premier livre médical écrit en Amérique.

Une légende raconte que la vanille serait née d’une histoire d’amour entre une princesse et un prince. La princesse Tzacopontziza, fille du roi Tenizti III, était destinée à se consacrer à la Déesse de la récolte appelée Tonocayohua. Son destin prit une autre tournure lorsqu’elle rencontra le prince Zkatan-Oxga. Leur amour était impossible… ce qui a aboutit à leur mort, condamnés par le Roi. Leurs coeurs ont été donnés en offrande à la Déesse de la Récolte. Leurs sangs mélangés, donnèrent naissance à un arbre, représentant le Prince, entrelacé d’une liane de vanille qui représentait la jeune Princesse amoureuse. Dès lors, la vanille était considérée comme sacrée et était baptisée Nectar des Dieux.