La culture de la vanille

Initialement, la vanille est originaire d'Amérique Centrale et c'est l'abeille Mélipone, espèce endémique du Mexique qui se révèle être le seul insecte capable de féconder la fleur de la vanille. Cependant, l'insecte qui assure la fécondation n’a pas été "importé" dans les pays où la culture de la vanille s'est répandue.  De ce fait, la pollinisation doit toujours être assurée manuellement fleur par fleur à l’aide d’une marieuse. Le vanillier de la variété vanilla planifolia a besoin d'un climat chaud et humide pour croître ainsi que d’un support d’accroche et d'un certain ombrage. On considère trois systèmes de plantation pour la mise en culture de la vanille que vous allez découvrir dans l'article.

La pollinisation de la vanille

Sans intervention extérieure, la pollinisation de la vanille n'est pas possible. Elle doit se faire manuellement fleur par fleur par la main de l'Homme.

La fécondation est une étape essentielle pour obtenir des gousses de vanille puisque sans elle, il n’y a pas l’obtention du fruit. La pollinisation est pratiquée par temps sec chaque matin dans la mesure où les fleurs ont une vie brève de quelques heures. Avec un instrument pointu, la marieuse déchire le capuchon de la fleur de vanille qui protège la partie mâle. Toujours avec son instrument, elle redresse alors la languette qui sépare la partie femelle de la partie mâle et elle rapproche avec ses doigts l'étamine porteuse du pollen. Après cette pollinisation, la base de la fleur du vanillier va s’allonger et se diriger vers le bas pour former la gousse verte de la vanille. Deux mois plus tard, la fleur séchée tombe et la gousse de vanille a alors atteint sa taille définitive. Huit à neuf mois après la fécondation, la gousse de vanille est prête à être récoltée. «Les marieuses» peuvent féconder de 1000 à 1500 fleurs par jour.

Le saviez-vous ? : Edmond Albius est un esclave Réunionnais qui a découvert, en 1841, le procédé de fécondation de la vanille. À 12 ans, Edmond est arrivé à produire des gousses de vanille dans le jardin de son maître à la grande surprise de ce dernier. Personne auparavant n'avait réussi à féconder la vanille. Le jeune esclave a expliqué alors le procédé simple et très fiable de la pollinisation manuelle de la Vanille. Puis, cette méthode fut adoptée par beaucoup de planteurs. La Réunion a commencé à produire de la vanille et à l'exporter à ce moment-là.

Les trois systèmes de plantation pour la mise en culture de la vanille

Le vanillier est cultivé de façon différente depuis des modes extensifs jusqu’à des modes intensifs. Dans la plupart des pays-producteurs, la culture de la vanille est réalisée en mode semi-intensif sur tuteur vivant. 

  1. En sous-bois, est un système de plantation qui consiste à utiliser des troncs d'arbres comme supports, de ce fait on s'imprègne du décor écologique. Ce système est le plus économique dans la mesure où le vanillier est placé sous un couvert végétal naturel non implanté volontairement il trouve en général toutes les conditions propices à sa culture : ombrage, matière organique issue de la décomposition des feuilles et branchages du couvert végétal. Une forêt trop dense provoquerait un fort taux d’ombrage et d’humidité ce qui engendrerait un étoilement. On plante au préalable, dans les vanilleraies, des arbres capables de supporter le poids du vanillier et qui prendront le rôle de "tuteur". Ces arbres sont souvent le caféier, l'avocatier ou le manguier.
  2. Le semi-intensif, consiste à améliorer le cadre précédent en intercalant, par exemple, la vanille entre des cannes à sucre ; on choisit un tuteur adapté qui soutiendra le vanillier. Un aménagement de la zone est souvent indispensable. La seule espèce qui répond aux exigences est le Gliricidia, espèce qui a fait ses preuves en tant que tuteur du vanillier dans de nombreuses contrées du fait qu’il soit robuste et sans maladie.
  3. Le système intensif consiste à faire preuve d’une gestion optimale des conditions de culture (ombrage, alimentation et irrigation). Ce dernier système permet d’étendre sa zone de culture et d’implanter des vanilliers même dans des zones sèches. La culture du vanillier en système intensif englobe un ombrage artificiel, des tuteurs morts et un système d’irrigation d’appoint, cela permet de répondre précisément, efficacement et durablement aux exigences du vanillier.